• "Ses seins ressemblent à deux petites meringues si merveilleusement bien cuites qu'il serait inconvenant de ne pas les dévorer sur le champ"

    Mathias Malzieu

    Partager via Gmail Pin It

    2 commentaires
  • Ce baiser je l'ai senti se poser sur moi
    puis se glisser et me nourrir de toi
    il a voyagé sur mon coeur en émoi
    et sur mon corps je l'ai guidé
    en frissons, tendres, câlins et coquins
    enchaînant des désirs, ne faire plus qu'un
    vivre le romantisme de tes caresses
    échanger la chaleur d'une paresse
    fleurir mon corps de ton odeur
    ne plus compter le temps, oublier les heures
    de tes lèvres en multitudes de baisers
    encore d'avantage me laisser voguer
    que je sois fleur, perle ou femme libérée
    tu m'embrasses et je m'embrase si fort
    en murmurant encore et encore
    puis repartir laissant leurs traces sur mon corps.

    Ce baiser....

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Tes lèvres font monter la fièvre

    d'un désir ardent de toi .

    Si douces au toucher, je ne me lasse pas,

    je me laisse envoûter de passion

    Ce doux baiser enveloppe le présent

    d'une nuit future passionnée .

    Je réalise tout ce que tu es pour moi,

    l'envie de te serrer dans mes bras .

    Et aller au-delà du baiser,

    faire avec toi ce que je n'ai pas osé .

    Me découvrir à nue jusqu'à mon âme,

    libérée de toutes mes vagues à l'âme .

    Etre au premier rang du bonheur

    et faire plaisir à mon coeur .

    Ces lèvres si chaudes de promesse

    avec toute l'ivresse .

    M'incite à te mettre à nu

    et ensemble ne faire qu'un .

    Tes lèvres...

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Quand je pose ma lèvre à votre bouche en fleur,
    Sentez-vous mes baisers descendre à votre cœur ?
    Sentez-vous palpiter, comme une ardente flamme,
    Sur vos lèvres d’amour, le meilleur de mon âme ?
    Je vous adore trop pour pouvoir en causer
    Autrement que par le langage du baiser !
    Vos lèvres!… où parfois tremble l’aveu suprême,
    Me mettent en contact avec votre amour même !
    Vos lèvres!… où je bois longuement, comme une eau,
    Votre âme, pure ainsi que le plus pur ruisseau !
    Vos lèvres!… où j’appuie ardemment ma tendresse,
    Pour que vous en goutiez la force et la caresse !
    Vos lèvres!… mon exquise amoureuse, ô mon bien,
    Qui me font comprendre en ne murmurant rien !
    Vos lèvres!… je les aime et les chante avec fièvres,
    En rêvant de mourir aux baisers de vos lèvres !
    -Albert Lozeau (vos lèvres)

    Vos lèvres - texte d'Albert Lozeau

    Partager via Gmail Pin It

    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique