• Poèmes de Amour et Sentiments

     

    Ces textes sont de Paul... ' @Amour et Sentiments

    Auteur de textes courts évoquant les émotions

    de la compassion à l'amour, du plus romantique au plus sensuel.

    Partagez sans hésiter, ils sont là pour vous au grès de vos humeurs.

    @Amour Et Sentiment
    Les notes de Ravel m'invitent à l'entre-chat. Et doucement je dessine les premiers mouvements. L'atmosphère du jour inspire une romance. Et dans ma robe rouge je pense au bolero. Les gestes se font toniques. J'explore avec mon corps l'intention de l'auteur. Et sous vos yeux soudain la musique se fait chair. Les émotions visibles charment tous vos sens. La danse est ainsi faite. Nul besoin de mots. Comme les notes du piano, elle est universelle. Vous me voyez danser, mais c'est mon coeur qui parle.

    Poèmes de Amour et Sentiments

  • Ton regard intense m'a immobilisé. Impossible pour moi de fuir ou d'esquiver. Noirs, ils ont plongé dans le creux de mon âme, comme la nuit, qui s'empare des rêveurs endormis. A tes lèvres sans comprendre je me suis suspendu, pour éviter la chute, mais je tombai déjà. L'amour est bien étrange quand il vous tombe dessus. Sans prévenir, d'un seul coup, juste à cause d'un regard.

    Regard

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Derrière ton appareil tu observes le monde. Avec ton objectif tu fixes les instants cherchant dans un regard l'étincelle de l'amour. Alors tu te promènes, dans ce simple appareil, un canon* à la main. Jusqu'à croiser enfin l'admirateur béat dont les yeux te diront qu'il te trouve canon*. Une seconde suffit pour l'immortaliser. L'amour éternelle sur ta pellicule durera plus longtemps que celui d'un amant.
    Amour

    Amour

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Sur les champs Elysées, il n'y a rien à faire. Quelques magasins juste pour passer le temps. Un café en terrasse. Quelques vitrines ici pour le plaisir des yeux. Un café encore pour une pause méritée. Une nouvelle collection que je ne connaissais pas chez ce couturier là. Un café cette fois avant de rentrer. Ma carte s'est bloquée. Sur les champs Élysées tu n'imagines pas le prix de 3 cafés.

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Dans les allées pavées de la cité des Papes, tu visites nonchalante le patrimoine français. Mais sur toi l'Italie rayonne comme un emblème par cette cape magnifique. Derrière tes lunettes et sous ce beau sourire, le charme milanais opère déjà sur moi. Ici, dans cette ville d'art, le plus beau monument est l'hymne à ta beauté.

    La beauté

    Partager via Gmail Pin It

    6 commentaires
  • Sur l'asphalte allongée, songeuse, je pense à toi. Dans le ciel, un moineau se demande pourquoi. Quand la distance sépare les âmes amoureuses, voyagent-elles un peu sur les ailes des oiseaux ? Dans la nuit qui arrive je cherche ton visage. Les étoiles une à une semblent vouloir me répondre.

    Espoir...

    Partager via Gmail Pin It

    1 commentaire
  • Appuyée sur l'écorce de ce vieux pin, j'ai fait une halte et sorti mon livre. Loin du bruit de la ville et de l'air pollué par trop d'activités, nocives et inutiles, je fais enfin une pause. Les cigales dans les branches m'accueillent de leurs chants. Ici, seuls les oiseaux leur répondent joyeusement. Le vent dans la garrigue diffuse son parfum. Je voulais lire au calme. Je me suis endormie. Apaisée et heureuse, comme seule la nature peut nous y amener, j'ai enfin fait une pause.

    Partager via Gmail Pin It

    4 commentaires
  • Tu n'en avais pas l'air, sous tes regards tendres, de petite fille rieuse, mais ta bouche a marqué la mienne de son empreinte. Comme pour t'assurer qu'aucune autre que toi ne goûtera à mes lèvres tu as prélevé un bout de ma chair. Mordante !
    Tes remarques espiègles fusent comme des missiles quand au détour d'une phrase tu répliques, vive. Et tes yeux resplendissent de cette impertinence. Mordante !
    Alors quand le soir vient l'heure de s'étendre, je n'ose te rejoindre de peur que tes ongles, tes cuisses et ton antre à leur tour me montrent tout ton tempérament. 

    Mordante !

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Tu passes dans le couloir dans ta chemise de nuit. Ton dos est l'écritoire de mes plus beaux poèmes. Dans tes boucles sauvages se cache l'inspiration. Je les défais lentement pour dessiner des lignes où se glisseront mes mots. Je retire le noeud de tes bretelles brodées. Des épaules dénudées sont l'encre de mes vers. Alors dans chaque strophe, je glisse un peu d'amour que ton charme si simple a provoque en moi. Tu es mon héroïne jusqu'à'a mon dernier jour. Je serai le poète de chacun de tes pas. Dans le couloir, silencieuse tu passes, et moi je plonge ma plume dans mon encrier noir.

    Partager via Gmail Pin It

    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique