• Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Pin It

    3 commentaires
  • Partager via Gmail Pin It

    3 commentaires
  • Partager via Gmail Pin It

    2 commentaires
  • Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail

    votre commentaire
  • VIRTUELLEMENT SENSIBLE...

    Le virtuel peut ronger de l’intérieur. Il peut tuer à petit feu...

    Sur la toile, on aime, on se « like » mutuellement, on se découvre...
    On s'aime et on se tue petit à petit...
    On exprime nos rêves, nos envies, nos angoisses, nos peurs...
    Mais isolés dans notre sphère réelle, on se retrouve seul !

    Pas de réconfort, pas de regard tendre, ni de caresses.
    Il n'y a que les mots et leurs immenses pouvoirs.
    Les mots et les maux...

    Face à nous mêmes, il n'y a que notre propre reflet dans ce miroir.
    Usés, fatigués par tant d'épreuves.
    Je suis las de tant de combats, les cernes se dessinent sur mon visage.

    '' Je voudrais, j'aurais aimé '', ce sont des mots que nous écrivons tous.
    Sur cette toile, nous vidons ce que nous avons sur le cœur.
    Mais en déversant sur le web nos surplus de sentiments, nous oublions que nous éclaboussons les autres de nos ondes positives, négatives, de notre énergie.

    Ces autres, ces « amis » si virtuels qu'ils soient que l'on voudrait rencontrer ou réconforter...
    Ils n'existent pas dans nos vies, mais ont une place dans nos cœurs...
    Ils sont là, on ne les réconforte pas comme on le voudrait, mais par la magie de nos échanges, on arrive un petit peu à améliorer leurs quotidiens !

    Le désir d'établir des contacts est ancré dans la nature humaine.
    L'attirance est le fruit de notre chimie interne.
    Nous produisons des hormones qui créent l'intimité. Nous créons des ponts neuronaux qui relient, d'un cerveau à l'autre, d'un cœur à l'autre.
    Une fois formés, ces liens ne peuvent être rompus.

    Nos cerveaux, nos systèmes nerveux tout entier sont conçus pour que nous tissions des liens profonds et durables...
    Briser ces connexions peut avoir de terribles conséquences...

    Chaque jour, par nos partages, on arrive à dire à l'autre, qu'il soit proche ou qu'il soit loin :
    « Je suis là ! Et je pense à toi ! »
    « Ne lâche pas ! Tiens bon, courage, Je t'aime ! »

    Mais le virtuel, possède également le pouvoir d'éloigner les cœurs... Un mot de plus, ou peut-être un mot de trop et c'est toute une phrase qui peut être lue dans un autre sens que celui que le cœur voulait exprimer, quiproquos, amalgames...

    Tout s'enchaîne, tout doit aller vite, de plus en plus vite, nous ne prenons même plus le temps de vivre, à l'image de cette société aux profonds abîmes, aux valeurs oubliées.
    Et qui nous a conditionnés à ne plus penser par nous mêmes, qui nous a enseigné à privilégier le fast food émotionnel, l'avoir ayant pris le pas sur l'être, la surconsommation n'ayant d'égale que le paraître...

    Alors le cœur triste et gros, le lien même par l'intangibilité du virtuel se brise.
    On clique sur le fatidique « supprimer » !
    Mais même si virtuel qu'il soit, un lien du cœur reste égale à lui-même.

    Le cœur n'arrive pas à faire la différence entre le réel et ce qu'il n'est pas. C'est l'aspect basique de l'humain...

    Parfois, je sais que je suis perchée haut, que je peux sembler si solitaire ou provenir d'une autre planète.
    Je suis comme je suis, pragmatique, entière, authentique, unique et sincère.

    Quand j'écris, je n'ai pas cette censure qui provient très souvent de la peur de ce que peuvent penser les autres.
    Mes mots sont « brut de cœur », sans artifice... Sans arrière pensée.

    Mes mots ne sont que des mots qui proviennent du fond du cœur, avec une authenticité et une entièreté sans égales.
    Je sais que nous sommes loin, que peut-être, nous ne nous connaîtrons jamais.

    Cependant si tu lis ces quelques mots amis Facebook ou ami « liker »...
    Sache que je pense à toi...
    Que j'essaye à chaque instant d'avoir le cœur comme une jolie fleur, de m'ouvrir à ce monde si froid et à la fois si envoûtant mais il y a des moments qui me rappellent que je ne suis qu'une femme faite de chair et de sang, aussi imparfaite soit-elle.

    Je ne suis pas parfaite, je n'aspire pas à le devenir, loin de là...
    Et heureusement !!!

    Le virtuel ne dispense pas d'être vrai et authentique.
    Du virtuel... Au réel,
    Quand les mots touchent, au delà des touches...  
     

    VIRTUELLEMENT SENSIBLE

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires