• Quand le luxe de l'énergie se fait verbe

    Quand le luxe de l’énergie  se fait verbe,
    L’esprit fuse et prend l’âme pour y faire naitre des larmes.
    Jadis, l’écriture faisait chavirer quand la main glissait sur le papier,
    Quand la pointe de la plume dessinait  les mots mouillés.
    Puisée à l’encrier, dévalait alors un torrent d’encre parme.
    Pour séduire avec des vers écrits par instinct superbes
    Des mots s’entrelacent en bonheur concret.
    Ils seront la mémoire ensevelie au fond d’un tiroir secret,
    Les paroles parfois non dites mais non oubliées.
    De joie ou de colère, dévalant jusqu’au col de l’Assalier
    Qui afflueraient rugissantes au sommet du pont Moutonnier.
    Se perdant sur l’arête des cimes Cévenoles ou dans un grenier.
    Travesties si beau, en airs pour quelques trouvères
    Que chanteront encore les vents sur les chemins l’hiver,
    Qui  feront jongler les lettres en solo,
    Éclaboussant le papier et tachant d’encre ma peau,
    Donnant ainsi au monde
    Une lumière en perle d’ombre
    Quand un désir intense saisi le cœur
    Et que rien n’arrête les tracés de la plume en pleins et déliés semant le bonheur.

    « Twenty Eighth ParallelDJI - Trolltunga, Preikestolen and Kjeragbolten 2017 - Drone Video »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :