• Tes cheveux bien rangés en une tresse nouée descendent sur ta nuque sans presque la gêner. Ton chemisier classique noué jusqu'au cou la cache presque entièrement. De toi, rien ne dépasse. Ton visage si lisse aux traits imperturbables semble s'être figé à ton adolescence. Tes mains sur le menton comme s'il fallait encore cacher un peu plus la moindre des émotions. Dans cette posture figée comme une poupée de cire tu me sembles si sage. Je ne te reconnais pas, toi qui hier soir m'a ouvert ton âme en même temps que le reste. Où est donc passée la jeune fille audacieuse qui dans la nuit sans fard me criait son désir ? L'aube semble avoir jeté un voile blanc pudique sur ta sensualité. Je vais rester je crois jusqu'à la nuit noire pour voir si revient la troublante jeune-fille.

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Dans la lumière chaude du soleil de midi j'observe pleine de confiance l'avenir devant moi. Lumineux sont les jours qui s'annoncent demain puisque je suis aimé sans aucune réserve. Maman et papa chaque jour qui passe veillent sur mon lendemain. Je grandis doucement et sans aucune crainte. Hier au journal, une dame témoignait. Pour elle, l'enfance douce un jour pris un virage. Les adultes n'ont pas cru sa parole brisée. Et ceux qui auraient du sans aucune question soutenir sa peine sont par leur silence devenus des étrangers. La lumière à jamais a quitté son regard à cet instant précis où l'enfance fut tuée. Je regarde ma mère et mon père en silence, priant pour que jamais ils ne doutent de mes cris lorsque je leur dirai que moi aussi je souffre de ce crime innommable contre l'enfance fragile.

    Partager via Gmail Pin It

    2 commentaires
  • Je ne peux m'empêcher d'observer ton corps tandis que tranquillement sur le canapé tu lis. Dans ce déshabiller aussi léger qu'une brise d'automne tu sembles captivée par ta lecture. Moi ce sont les contours de ton corps superbe qui attirent mon regard. Je ne peux m'en défaire. Sous le voile transparent tes seins me narguent un peu et cette ficelle quasi inexistante sur ton trésor intime me donne à méditer. Toi tu lis, indifférente à ma présence. En apparence du moins.

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Tes mouvements et les miens s'accordent dans cette danse. A force de travail, nous frôlons l'unisson. Perfection du moment et de chaque posture. Nos pas dans le tempo sur cette musique folle. Pourtant combien de chutes, d'erreur et de faux-pas avant que nous réglions nos parfaites attitudes. Cette perfection si fluide qu'on la pense naturelle, fruit de tant de labeur, nous l'avons méritée. Et dans la vie de même entre deux êtres en couple, il faut tout apprendre. L'un à l'autre attentif jusqu'à ce qu'enfin la perfection des sens et des belles émotions assure à nos âmes une parfaite communion. Alors seulement on peut dire heureux ce je t'aime qui semble une belle évidence.

    Partager via Gmail Pin It

    3 commentaires
  • Le tissu si léger dans la brise s'envole. La toile aussi fragile qu'un amour naissant. La robe juvénile donne à tes mouvements un air de fraîcheur. Je me crois au printemps. Celui de notre amour. Toi nue sous le vêtement, comme une nymphe grecque, tu bouges comme virevolterait une libellule. Ton visage angélique me fait presque oublier l'échancrure du tissus qui dévoile ton corps. J'aimerai y plonger et les yeux et les doigts pour soulever un peu les fleurs sur ta peau et révéler ce sein qui pointe ingénu. Laisse moi donc jouer avec les plis dansant de ta si fine robe.

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Chacun de tes sourires est comme une boule vive. Ils égaillent de joie ma vie chaque instant. Sur les branches de mes jours, tes attentions discrètes sont comme les guirlandes d'un sapin lumineux. Tes mots chaque soir quand sur le canapé nous parlons du jour sont plus doux que le miel du pain d'épice. Et tes caresses tendres sont les cadeaux somptueux que tu poses à mes pieds quand la nuit s'approche. Avec toi ma vie est plus belle qu'un sapin quand arrive Noël. Reste ainsi, mon amour, tu es le seul cadeau que je veux ce soir.

    Christmas


     

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Je te croise en passant dans la rue chaque jour. Dans ton costume gris tu fais le beau gosse. Ta cravate dénouée, un style que tu te donnes. Et cette chemise ouverte comme une invitation je songe à chaque bouton que je pourrais ôter. Si tu passes à ma portée, pas sûr que je résiste à l'envie qui me prend de te déshabiller. Tu me plais c'est certain. Je croquerai bien ma foi tes lèvres pour les goûter. Je vais te suivre un peu pour mâter ton fessier. Il n'y a pas de raison que les hommes seulement nous observent au passage.

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Les rêves ne sont faits que pour les partager. Avec toi j'ai posé le projet d'une vie. Tu as ri à l'idée que je voulais de toi pour vieillir avec moi. Mais quand mes lèvres chaudes sont venues te faire taire, tu as su que la chose n'était plus une chimère. Alors j'ai souri et le rêve peu à peu devient réalité. Des instants avec toi qui sont autant de joies sur lesquelles je construis ce demain qui commence.Tes baisers sur ma bouche viennent me rappeler que je ne rêve pas.

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique